Un petit mot

Après plus d’un mois passé à essayer de rédiger une page d’accueil pour ce blog, je dois me rendre à l’évidence : l’exercice n’a rien de simple. Ecrire, je m’en aperçois avec une certaine surprise (et avec pas mal d’embarras, je dois l’avouer), n’a rien d’évident lorsque l’on écrit pour quelqu’un – ce qui est évidemment le cas ici.  Jusqu’ici, je m’étais contentée de scribouiller dans mon coin (ou bien planquée sous le couvert d’un pseudonyme improbable, sur des sites où je sais que personne de ma connaissance ne me retrouvera jamais), sans jamais rien faire lire à personne, surtout pas, mon Dieu, des fois que les gens fassent des commentaires.

Forcément, c’était très facile : pas de lecteur, pas de jugement, pas de remise en question. Mais un livre qui n’est destiné qu’à son auteur, un livre qui n’est lu par personne est-il encore un livre ? Je laisse à votre discrétion la réponse à cette réflexion d’une haute portée philosophique.

Comme l’étape « écrire un livre » est encore très lointaine pour moi, je commence par un blog. Moins ambitieux, me direz-vous. Certes, mais beaucoup moins compliqué à rédiger et plus facile à faire lire, y compris (c’est la partie la plus ardue pour moi) à des gens que je connais. En l’occurrence, vous.

Vous trouverez ici :

  1. Le récit de mes palpitants voyages en France et ailleurs (qui sait, peut-être vais-je vous donner envie de découvrir Les Croûtes, Gland ou encore Anus – trois authentiques villages icaunais¹).
  2. Des impressions de lecture (ou plus probablement de relecture, voire de re-re-re-re-relecture : quand on aime, on ne compte pas…).
  3. D’éventuelles digressions, plus ou moins intéressantes, sur des sujets variés, également plus ou moins intéressants.
  4. Enfin, évidemment, des citations (il est tellement plus commode de se cacher derrière les écrits des autres), de Victor Hugo à Star Trek, de Marc-Aurèle à Brassens, en passant par Saint-Exupery, selon mon humeur du moment.

¹ Icaunais = du département de l’Yonne. On en apprend tous les jours !